Berdaf, cest la bardane

image: ohmymag.com

Les bardanes sont des plantes bisannuelles souvent de grande taille, reconnaissables à leurs capitules dont les bractées se terminent par des sortes de crochets, ce qui permet à ces capitules de s’accrocher aux vêtements et au pelage des animaux.

Elles appartiennent au genre Arctium et à la famille des Astéracées (ou Composées).

Le nom scientifique du genre (Arctium) correspond au grec arktos (= ours). Quant au nom vernaculaire (bardane), il est issu du latin médiéval bardana, altération du latin tardif dardana mentionné par Apulée, qui lui-même correspondrait au germanique *daroth (= dard). Les graines ingérées peuvent causer des irritations du tube digestif d’animaux domestiques, mais la plupart des animaux sauvages évitent généralement de les manger.

Ce sont des plantes de milieux ouverts à semi-ouverts, plutôt nitrophiles.

Originaire de l’Ancien Monde, plusieurs espèces ont été largement dispersées par l’homme et par zoochoriedans le monde entier. Le mode de dispersion du fruit est d’ailleurs à l’origine de la création du système Velcro.

La grande bardane fait partie des plantes dont la culture est recommandée dans les domaines royaux par Charlemagne dans le capitulaire De Villis (fin du viiie ou début du ixe siècle).

image: chevalannonce.com 

Description

Les plantes du genre Arctium sont bisannuelles.

Feuilles

Elles sont érigées, à feuilles abondantes, alternes, plus ou moins velues ou laineuses sur la face inférieure et en forme de cœur pour les plus basses, entières ou légèrement dentées. Les feuilles peuvent atteindre 71 cm de long, ce qui les fait parfois confondre avec de la rhubarbe, ou des plantes du genre Xanthium.

Fleurs

Les espèces d’Arctium fleurissent généralement de juillet à octobre.
L’inflorescence se présente sous la forme de racèmes de capitules.
Les capitules sont globuleux, à sommet aplati, avec des fleurs tubulées le plus souvent pourpres.
L’involucre, communément appelé « teigne », est formé de très nombreuses bractées, chacune terminée par une soie en crochet.

Où la trouver?

Elle est assez commune dans les terrains vagues, en bordure de foret et les décombres des contrées à climat tempéré.

Quand la trouver?

Dés le printemps, on peut récolter les jeunes feuilles et la racine, les autres parties de la plante se récolte tout l’année

Les feuilles velues, seules les plus jeunes sont à consommer.

En cuisine

Les racines (ramassées avant que la tige n’apparaisse en décembre), les jeunes pousses (ramassées au début de l’tété) et les jeunes feuilles de la grande bardane se consomment cuites. Leur consommation est aujourd’hui peu courante en Europe, mais Arctium lappa est un légume populaire au Japon sous le nom de gobo (牛蒡). La bardane fait partie des légumes anciens oubliés. Elle était autrefois cultivée dans les jardins. Les racines de bardane ont un gout proche de l’artichaut. Les plus jeunes feuilles peuvent se manger ainsi que le pétiole.

En médecine

La bardane contient de l’inuline dans ses racines et dans ses fruits. La décoction de ses petits fruits luisants développe la flore intestinale et apaise les douleurs intestinales. Pour cela, il faut, après avoir fait bouillir de l’eau, y plonger ces petits fruits parfumés, les laisser bouillir quelques minutes et ensuite laisser reposer. Filtrer et boire cette décoction. Elle peut être sucrée au miel.

En herboristerie traditionnelle, la bardane (surtout l’huile extraite de sa racine) freine la chute des cheveux et prévient donc la calvitie. C’est pourquoi on la retrouve dans un grand nombre de formules de lotions capillaires.

Sa racine est employée pour traiter les affections cutanées liées à un excès de séborrhée, telles que l’acné, ainsi que les furoncles et les abcès ou encore le psoriasis.

Les feuilles sont utilisées en traitement d’appoint, en usage externe, pour soigner les prurits, crevasses, gerçures, et les piqûres d’insecte.

L’activité détoxifiante, dépurative et hépatoprotectrice de la grande bardane (Arctium lappa) est reconnue dans diverses pharmacopées traditionnelles.

Le fruit de la bardane est à l’origine de l’invention du Velcro.

Une macération alcoolique de la plante peut être préparée en herboristerie traditionnelle afin de conserver les propriétés de la plante le plus longtemps possible. La racine fraiche nécessite de l’alcool à 95°, 200 ml d’alcool pour 100 g de racines fraîches. La racine sèche nécessite de l’alcool à 60°, 500 ml d’alcool pour 100 g de racines sèches9. La racine macère en général pendant 2 à 3 semaines avant d’être pressée. Le liquide résultant est filtré puis mis en bouteille, et peut se conserver pendant plusieurs années.

Fiche descriptive

Arctium nemorosum

Vidéo

Advertisements