L’aspérule odorante

L’Aspérule odorante ou Gaillet odorant (Galium odoratum (L.) Scop.) est une espèce de plante herbacée de la famille des Rubiacées. La plante est parfois appelée Petit Muguet ou Reine-des-bois et plus rarement Thé suisse ou Belle-étoile.
Cette plante tire son nom commun et scientifique de l’odeur suave et sucrée de vanille qu’elle acquiert en séchant. Le terme « aspérule » provient du latin asper signifiant « rude », « rugueux », caractérisant le bord de ses feuilles.

Les feuilles de l’aspérule odorante en détail.

Description

Sa particularité réside dans l’odeur qu’elle dégage quand on la blesse ou lors de la dessiccation. Cette odeur caractéristique, rappelant celle de foin coupé ou de la fève tonka, provient de la coumarine présente en abondance dans sa racine et ses tiges (substance également trouvée dans la fève tonka utilisée industriellement pour aromatiser l’Amsterdamer).

Feuilles

Le gaillet odorant est une plante dressée, avec des verticilles de feuilles entières ovales allongées, et une inflorescence de petites fleurs blanches à quatre pétales en croix.
Elle est constituée d’une tige quadrangulaire lisse, longue de 10 à 30 cm et de tiges souterraines traçantes (rhizomes).

Fleurs

Chaque fleur donne naissance à deux fruits exozoochores, hérissés de poils crochus de 2 à 4 mm. Ils se fixent sur les animaux (renards, lapins) qui dispersent les graines (zoochorie).

Où la trouver?

C’est une plante de mi-ombre, commune dans les sous-bois et sur les lisières des forêts caducifoliées d’Europe au-delà de 400 m d’altitude. Elle se cultive aisément (par semis ou division de touffes), plutôt à mi-ombre ou en exposition nord, dans une terre légère et humifère, où elle forme alors d’épais tapis. Les plantes sauvages sont préférées pour les usages médicinaux.

Les fleurs de l’aspérule odorante en détail.

En cuisine

Une fois sèche, elle peut-être utilisée en infusion pour parfumer la crème d’un goût de vanille et de fève tonka. Elle peut-être utilisée en tisane ou encore pour aromatiser des apéritifs tel le Maitrank.

En médecine

Usage interne : la coumarine, hypnotique, expliquerait les propriétés antispasmodiques et sédatives (anti-insomnie) attribuées à l’aspérule, et aussi diurétique et légèrement antiseptique. Elle est utilisée contre les phlébites. Des proportions trop élevées d’aspérule odorante peuvent induire des maux de tête voire une altération des perceptions (vertige, somnolence, etc.) ou des hépatites. Son utilisation est ainsi réglementée, voire interdite dans certains pays, en raison de sa teneur en coumarine. Cette plante doit donc être utilisée à petites doses (par exemple, la quantité utilisée pour le « Maitrank » n’est qu’environ 3 g/L). La plante colorerait en rouge les os des animaux qui la consommeraient en grande quantité avec l’herbe ou le foin.
En usage externe : elle est réputée adoucissante et vulnéraire. Infusée avec les fleurs de bleuet ou des feuilles de plantain, elle produisait un collyre contre les blépharites et les conjonctivites. On l’écrasait pour soigner les blessures, abcès et enflures douloureuses.

Fiche descriptive

Vidéo

Advertisements